• Billet d'humeur: Bal des faux culs au Pays des Olonnes

    Depuis quelques jours, le débat public se polarise sur le pertinent " Projet commun pour l'agglomération des Olonnes" de notre député Y MOREAU.

    Le renforcement des compétences et la nécessaire mutualisation des services au sein de l'intercommunalité ne sont pourtant pas des idées nouvelles.

    Le 16 décembre 2008, la chambre régionale des comptes des Pays de la Loire adressait au Président de la Communauté de Communes des Olonnes, son rapport d'observations concernant la gestion de l'intercommunalité . Ce rapport, présenté à l'ensemble des élus communautaires, précise:

    - " La Communauté de Communes des Olonnes n'a pas encore intégré les règles de l'intercommunalité."

    - " Certaines compétences doivent faire l'objet d'une réflexion renouvelée afin d'accroitre l'éfficacité de leur mise en oeuvre."

    - " Le regroupement de la compétence voirie et assainissement mériterait d'être étudié."

    En avril 2009, le cabinet KPMG rendait ses conclusions sur l'évolution des structures communales et intercommunales des Olonnes.

    - " Un schéma de partition des compétences qui n'est pas conforme au mode de fonctionnement du bassin de vie que constitue le territoire des Olonnes. "

    - "  De nombreuses compétences restent exercées par les communes sans vision intercommunale alors même que les populations s'affranchissent largement des frontières territoriales actuelles."

    Ces préconisations ont été mises sous le boisseau depuis cinq ans .  

    Pendant près de trois ans, j'ai assisté à toutes les réunions du conseil communautaire. 

    Un seul homme, élu communautaire de ma commune, Jean Claude ROSSIGNOL, eût  le courage d'évoquer ces  rapports, en essayant de convaincre ses collègues de mettre tout en oeuvre pour suivre leurs  préconisations afin de réduire les dépenses publiques locales et améliorer l'éfficacité de l'action publique.

    Un seul homme, parmi tous ces acteurs incontournables du développement de notre intercommunalité, eût le courage de mener ce combat, et pas toujours dans des conditions faciles, en dépit des sarcasmes, moqueries, ricanement de l'assemblée présidée par Louis GUEDON.

    Un seul homme eût le courage de défendre ses convictions au service de l'intérêt général.

    Un seul homme eût le courage de le dire.

    Oui, " il n'y a pas de vertu sans combat."

    Alors que pendant cinq ans, nos élus se sont assis sur le rapport de la cour des comptes et du cabinet d'audit KPMG , notre député a aujourd'hui le courage, et nous nous en réjouissons, d'avoir l'audace et l'intelligence de reprendre les préconisations évoquées par ces deux rapports et  d'en plaider la pertinence.

    A six mois des élections municipales, et à la lecture des réactions des candidats du Pays des Olonnes, dont la plupart sont élus communautaires , tous reconnaissent  qu'il est urgent d'agir. 

    Mais diantre qu'attendaient ils pour mettre en oeuvre ces mesures au cours de leur mandat. 

    Que de temps et d'argent perdu depuis 2008.

    Oui, en politique, il faut avoir du courage. Celui de chercher la vérité et de la dire.

    On est bien dans le bal des faux culs qui frise l'indécence au Pays des Olonnes. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :